Accueil > Actualités > Magazine les nouvelles > Tous les articles > Article des nouvelles

Article des Nouvelles

· TÉMOINS

Les bons tuyaux

Afin de s’assurer du bon fonctionnement des réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales, Lorient Agglomération procède à un diagnostic systématique du réseau domestique lors de la vente d’une maison.

« Les gens ne se rendent pas toujours compte, mais c’est très important de séparer la collecte des eaux pluviales et des eaux usées. Quand il pleut fort, on arrive à des débits extrêmement importants en très peu de temps et si l’eau de pluie se déverse dans le réseau d’eaux usées, ça peut  très vite déborder. » Sur le terrain tous les jours de la semaine, Yann Le Mestre fait preuve en permanence de pédagogie lorsqu’il vérifie les branchements des particuliers ou des entreprises. « Nous sommes là pour contrôler, c’est vrai, poursuit-il. Mais nous essayons aussi de conseiller sur les travaux à réaliser en cas de défaut. Moi, dans mon métier, je suis là pour rendre service. »

Avec sa collègue Ophélie Hervio, Yann Le Mestre passe en revue 5 à 6 maisons ou entreprises par jour afin de s’assurer que les eaux issues de la cuisine ou de la salle de bains s’écoulent bien dans le  réseau d’eaux usées avant d’être « envoyées » vers l’une des stations d’épuration du territoire. Idem  pour les eaux pluviales qui sont collectées dans un réseau séparé et rejetées dans le milieu naturel, fossé, ruisseau ou rivière. Depuis 2014, le règlèment d’assainissement voté par Lorient Agglomération rend en effet obligatoire ce type de diagnostic lors de la vente d’une maison.

Un colorant pour tracer l’eau
Sur place, Yann et Ophélie font le tour du propriétaire. Tandis que le premier fait couler l’un après l’autre chaque robinet de la maison, sa collègue vérifie dans un regard situé à l’extérieur que l’eau  prend le bon chemin, celui des eaux usées. « S’il y a un doute, on utilise de la fluorescéine, explique Ophélie.  C’est un colorant qui permet de tracer l’eau. On utilise aussi une machine à fumée, par exemple  pour l’évacuation du lave-linge. Si la fumée ressort au bon endroit, c’est ok. »

Le même travail de limier est mené pour les eaux pluviales. Ophélie verse quelques seaux d’eau au  pied du chéneau de la maison. Quelques minutes plus tard, cette même eau s’écoule par un tuyau qui débouche sur le trottoir avant de finir sa route dans une rigole creusée dans la chaussée. « Aujourd’hui, c’est assez simple, confie Yann. Mais la semaine dernière, nous avons effectué un contrôle dans un fast-food, ça nous a pris une demi-journée. Nous réalisons aussi les diagnostics sur les maisons neuves. C’est le même principe. 

Le même travail de limier est mené pour les eaux  pluviales. Ophélie verse quelques seaux d’eau au  pied du chéneau de la maison. Quelques minute plus tard, cette même eau s’écoule par un tuyau qui  débouche sur le trottoir avant de finir sa route dans une rigole creusée dans la chaussée. « Aujourd’hui, c’est assez simple, confie Yann. Mais la semaine dernière, nous avons effectué un contrôle dans un fast- food, ça nous a pris une demi-journée. Nous réalisons aussi les diagnostics sur les maisons neuves. C’est le même principe. 


Renseignements :
Numéro vert 0 800 100 601
https://www.lorient-agglo.bzh/vos-services/eau/eau-et-assainissement/


Une obligation au moment de la vente
Depuis février 2014, les propriétaires de maisons individuelles ont l’obligation de vérifier la conformité de leurs bran- chements eaux usées (toilettes, salle de bains, cuisine...) et eaux pluviales (toit, terrasse) lorsqu’ils veulent vendre leur bien*. Le but est de s’assurer que les eaux des particuliers qui se déversent dans les réseaux publics, qui courent sous les rues, ne se mélangent pas. « Les eaux usées doivent  bien sûr être traitées dans nos stations d’épuration, souligne Roger Thomazo, vice-président à Lorient Agglomération. En  revanche, les eaux pluviales sont de bonne qualité. Les collecter ne sert à rien. Elles sollicitent les installations inutilement ». Lorsqu’il pleut beaucoup, la surcharge d’eaux pluviales peut  en effet conduire à un débordement des eaux usées dans le  milieu naturel ou à une saturation des installations et à un traitement moins efficace de la pollution.

Cette obligation prend la forme d’un diagnostic mené par les  équipes (16 agents) de Lorient Agglomération, sur le même  mode que le diagnostic énergie, plomb ou amiante. Les contrôles effectués au domicile des particuliers débouchent  sur un rapport et une attestation de conformité ou de non conformité. S’il s’avère que les eaux pluviales se déversent  dans les conduits d’eaux usées, le propriétaire devra réaliser les travaux dans les cinq mois, un délai réduit à un mois si une pollution est constatée. À la suite de ce délai, les services de Lorient Agglomération effectuent une contre-visite afin de vérifier la bonne réalisation des travaux. Attention : le seul contrôle valide est celui effectué par Lorient Agglomération ou par un prestataire désigné par Lorient Agglomération.

*  Les entreprises et les immeubles, lorsqu’ils sont vendus en entier, sont également concernés par ces contrôles

 

> Retour aux articles

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

VOS SERVICES