Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Actualité

Actualité

· Actus

"La réparation navale est restée en activité grâce à la solidarité des entreprises"

Malgré la crise sanitaire et les mesures de confinement mises en place depuis bientôt deux mois, l’Aire de Réparation Navale de Lorient Keroman est restée constamment ouverte aux entreprises du secteur. Le point sur la situation avec Patrice Le Fel, patron des Ateliers mécaniques lorientais et président de l'Interprofession du port de Lorient (54 entreprises adhérentes, 1100 salariés).

Y’a-t-il encore de l’activité sur l’Aire de Réparation Navale (ARN) depuis le début du confinement ?

Patrice Le Fel : « Malgré le confinement décidé le 16 mars dernier, l’ARN n’a jamais fermé et tous les corps de métier ont continué à travailler. Il était essentiel pour la survie de nos entreprises de pouvoir maintenir cette activité.  Keroman a été un des rares ports au niveau national à pouvoir le faire. C’est la force du tissu économique lorientais. Nous avons beaucoup échangé entre nous pour trouver les bonnes solutions et nous adapter. Les équipes de la Sem (ndlr : entreprise gestionnaire du port) sont restées fortement mobilisées, notamment pour faire fonctionner l’élévateur. Cette solidarité entre les entreprises de la réparation navale est à souligner. Grâce à elle, aucun client n’a été laissé sur le carreau ».

En temps normal pour les entreprises comment se passe la période actuelle, de mars à mai ?

Patrice Le Fel : « C’est en général une forte période d’activité pour nos entreprises. On intervient beaucoup pour faire de la maintenance sur les bateaux de pêche ou les navires à passagers qui préparent la saison. Mais face à la situation, beaucoup d’armateurs ont préféré annuler ou supprimer les arrêts techniques de leurs bateaux. Nous avons dû également reporter plusieurs interventions prévues à l’extérieur de Lorient, à Cherbourg notamment ».

Comment s’organisent les entreprises pour mettre en place les mesures de confinement ?

Patrice Le Fel : « C’est difficile car de nouvelles directives arrivent tous les jours. On en a reçu encore ce matin... Et puis beaucoup d’entreprises ne sont pas équipées pour mettre en place les gestes barrières et les mesures de distanciations obligatoires. Pour cela, l’Interprofession a commandé et distribué des masques et du gel hydroalcoolique à celles qui n’en avaient pas. Mais pour les entreprises qui ont dû fermer pendant le confinement, la mise en place de ces mesures sera sans doute une difficulté supplémentaire ».

Justement, craignez-vous des fermetures d’entreprises après le déconfinement ?

Patrice Le Fel : « Je ne vais pas vous mentir, les chiffres ne sont pas bons. Une grosse majorité d’entreprises ont dû stopper totalement ou partiellement leur activité. Seul un noyau dur a réussi à rester en fonctionnement de façon plus ou moins normal. On ne sait pas encore quel sera l’impact économique du confinement. On peut craindre des licenciements quand les mesures de chômage partiel seront arrêtées. Les plus petites entreprises, qui n’ont pas de trésorerie suffisante, risquent d’être les premières touchées. Mais pour l’heure, fort heureusement, il n’y a eu aucune fermeture. On espère et on croise les doigts pour que l’activité économique puisse repartir rapidement après le déconfinement ».

 

> Retour aux actualités

 

Créé par La rédaction

 

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

Autres actualités

VOS SERVICES