Accueil > Actualités > Magazine les nouvelles > Tous les articles > Magazine les nouvelles

Magazine Les Nouvelles

· TERRE

Les élèves testent le kayak

Une classe de Plouay a découvert les joies du kayak sur le parc d’eaux vives d'Inzinzac-Lochrist grâce à l’accueil gratuit des scolaires dans les équipements sportifs de Lorient Agglomération.

« On va se faire le parc d’eaux vives ? » « Ouais !!! ». Pour leur quatrième séance de kayak à Inzinzac-Lochrist, les élèves de CM1 de l’école du Sacré-Cœur de Plouay quittent les eaux calmes et entrent dans le vif du sujet : remous, toboggan, cascades, obstacles et sensations fortes. Derniers conseils des moniteurs avant de se lancer. « Il y a deux secrets, vous les connaissez ? Le premier : il faut pagayer pour vous diriger, sinon c’est le courant qui décide où vous allez ! Le deuxième : il faut sourire… Ouistiti ! ».

Alors que le soleil se déverse sur le site, les enfants affichent leur bonne humeur et de belles couleurs. Casques bleus ou jaunes, kayaks orange… Quelques garçons essaient de faire la course, tandis que les filles s’appliquent pour éviter les rochers. Des moniteurs les réceptionnent et les aident à s’orienter. Des rires, des cris, beaucoup d’éclaboussures avant d’arriver en douceur sur une petite plage pour sortir de l’eau. « Oh la vache, c’était trop bien ! » « Madame, le tapis roulant ça fait des massages aux fesses ! » Chacun sort son kayak et rapporte sa pagaie. A l’heure du pique-nique sur l’herbe, les enfants sont trempés, exténués, mais heureux. « Ça fait bizarre de marcher ! ».

On reprend le vocabulaire en classe

« On souhaitait faire découvrir le kayak aux enfants, un sport qu’ils n’ont pas l’habitude de pratiquer », explique Anne-Flore et Magali, enseignante des deux classes de Plouay. « Ils ont beaucoup de plaisir, ils s’amusent ! » Se familiariser avec l’eau, parfois vaincre sa peur, et apprendre les règles et les techniques du kayak : les enfants bénéficient de 5 séances sur le parc d’eaux vives du Blavet, à Inzinzac-Lochrist pour faire ces apprentissages. « On répartit d’abord 3 séances en eaux calmes, pour apprendre les bases et gagner en confiance. Monter dans un kayak en est déjà une épreuve pour certains » confie Marc Le Sayec, responsable du site. « Les deux dernières séances ont lieu en eaux vives, où le courant dirige les enfants vers les obstacles ».

« On préfère quand ça va vite ! » confirme Nolan, « J’avais peur, en fait c’est bien », avoue Alya ; « je croyais que j’allais chavirer, mais les moniteurs nous attendent. C’était marrant : ça va vite et en plus on a crié ! ». « C’est une chance pour eux de faire cette activité, commente une maman accompagnatrice. Il y a tellement d’enfants qui ne sortent pas de chez eux ; il est plus facile de se mettre devant la console… » Et au-delà de l’amusement, les enfants apprennent beaucoup. Les apports sont multiples : découvrir un milieu différent, hostile pour certains ; adapter son comportement dans un environnement nouveau, évoluer en binôme…

65 classes par an

Le parc d’eaux vives, un site appartenant à Lorient Agglomération, voit ainsi passer 65 classes par an, encadrées par des professionnels, plus une journée Défi des écoles qui rassemble 700 enfants pour un challenge sportif. « Cela permet aussi de faire connaître le lieu, un site magnifique, et de toucher une population qui a moins facilement accès aux activités nautiques ». Le parc d’eaux vives accueille d’ailleurs ce jour-là d’autres écoles autour d’ateliers sur l’environnement. « On ne fait pas que du kayak, complète Marc Le Sayec. ON parle aussi entraide à bord, coopération, autonomie pour savoir s’équiper correctement, proprioception *, mais aussi environnement, flore et faune, géographie, histoire … »

De retour en classe, les petits kayakistes vont plus loin. « On reprend le vocabulaire en cours et ce programme s’intègre bien dans notre projet d’école sur le développement durable » précise Anne-Flore. Maelys, 11 ans, confirme : « on a appris à changer de sens, le nom du matériel, et puis les poissons, le courant, les écluses ». Enfin, sortir de la classe et de ses codes ouvre de nouvelles possibilités, « ça met en valeur le caractère des enfants, et crée une cohésion de classe », constate Magali. « On rigole beaucoup, on se fait éclabousser à chaque fois dans les cascades !  Et cet aprèm, on y retourne ! » s’enthousiasment les enfants.


* perception de la position des différents parties du corps

 


En chiffres (2018)

7 200 élèves et 296 classes accueillis

23 classes en golf

53 classes en kayak

66 classes en voile

113 classes en patinage

376 000 € de budget

 


E BREZHONEG

Get An Oriant Tolpad e vez kinniget degemer skoliaded ag an hentadoù prevez ha publik, evit netra, en e aveadurioù sport. 5 dalc’h a vez kinniget da bep klas : poull-ruzikat e Lannarstêr (evit ar re CP, CE1 ha CE2), golf e Kewenn pe Plañvour (CM1 ha CM2), bageal-dre-lien en Arvor ha kaiak e Zinzag-Lokrist (CM1 ha CM2). Gelliñ a ra ar c’hlasoù em lakat àr ar renk dre hanterouriezh o renerezh-departamant. Ar pal a zo digoriñ an obererezhioù-se d’ar muiañ ar gwellañ a skolioù ag an tolpad, degemer kentañ-wellañ ar c’hlasoù nevez pe ar re na oant ket bet degemeret er blez kent, hag ar skolioù pellañ. An Oriant Tolpad a bae an obererezh mes e dalc’h ar skolioù e chom koust an treuzdougen.

 

> Retour aux articles

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

Autres articles

VOS SERVICES