Accueil > Actualités > Magazine les nouvelles > Tous les articles > Magazine les nouvelles

Magazine Les Nouvelles

· TÉMOINS

Ils vendent leurs produits sur internet

On trouve de tout sur le web, même désormais des produits frais locaux et de saison. Grâce aux plateformes de vente en ligne, les producteurs du territoire allient circuits courts et nouvelles technologies.

 

Choux verts ou blancs, salades, radis rouges, betteraves anciennes et courges diverses : le panier de légumes de saison exposé par Clémence Larqué, maraîchère, est alléchant. Mais il faut se rendre sur le marché d’Hennebont ou à la boutique de l’exploitation pour les apprécier. Enfin… il fallait ! Car Clémence Larqué, à l’instar de 24 autres producteurs locaux, a choisi de vendre aussi ses produits en ligne et en direct grâce au site Le Comptoir d’ici.

 

« J’apporte une solution simple et pratique aux consommateurs comme aux producteurs, explique Mathilde Jamier Videcocq, créatrice du site. J’ai longtemps été en AMAP*, mais je me suis rendu compte que cela demandait beaucoup de temps aux producteurs. Et pour les consommateurs, il manquait une solution qui entre aisément dans les usages. C'est assez facile de passer du drive de grande surface au Comptoir d’ici. » Avec Le Comptoir d’ici, Mathilde permet aux habitants du territoire de commander en ligne les produits de leur choix, chaque semaine, sans engagement sur la durée ou la fréquence, avec la possibilité d’être livrés près de chez eux, dans un commerce de proximité. « Pour que les producteurs puissent fournir plus et répondre à la demande, il faut leur libérer du temps : c’est moi qui vais chercher les commandes et qui les livre », précise Mathilde.

 

« C’est une offre très cohérente à l’échelle de l’agglomération », souligne Younnick Guillôme. Cet ancien du web a fondé la société Keryoun, spécialisée dans la fabrication de gâteau breton 100 % blé noir. « Disposer d’un site marchand local est un sérieux atout : cela me permet de me faire connaître et complète mon réseau de distribution actuel sur le marché de Merville, à Lorient, et dans les épiceries fines », ajoute-t-il. « Avec une commande unique hebdomadaire, c’est simple à gérer pour nous et on gagne du temps, confirme Clémence Larqué. Et grâce à Internet, on touche un public citadin : on s’en rend compte à travers les commandes, plus spécifiques et dans l’air du temps, avec par exemple des carottes de couleurs, du chou kale… » Car si tous les producteurs s’accordent à dire que les commandes sur Internet ne représentent encore qu’une petite partie de leurs ventes, ils reconnaissent que le système leur ouvre un nouveau marché, celui d’une clientèle urbaine, active, relativement aisée.

 

Un drive fermier à Languidic

 

Autre modèle avec le drive des Lang’ducteurs : un site de commande en ligne qui propose des produits de Languidic et des environs, à récupérer le vendredi soir au bar La Maison. Une initiative originale puisqu'elle rassemble des consommateurs et des producteurs dans une même association. « Comme beaucoup d’actifs débordés, j’avais besoin de pouvoir commander simplement depuis chez moi des bons produits, locaux », raconte Jérémy Simon, à l’origine du projet.

 

Il aura fallu trois ans pour concrétiser l’idée et créer le site www.drive-langducteurs.com. Une commande hebdomadaire en quelques clics, 246 produits au choix et, là non plus, pas d’engagement : on y retrouve la facilité et la souplesse d’un drive classique associées à la qualité des produits locaux. « Ces actions répondent aux objectifs de la Charte de l’agriculture et de l’alimentation, notamment le projet alimentaire, souligne Tristan Douard, vice-président de Lorient Agglomération. Elles offrent de nouveaux débouchés aux agriculteurs et leur apportent de meilleurs revenus. C’est aussi une manière de satisfaire les besoin des consommateurs qui recherchent des produits locaux. »

 

« Les producteurs sont ravis de pouvoir vendre aux gens qui vivent à côté de chez eux parce que tous ne font pas de vente à la ferme ou sur les marchés », poursuit Jérémy Simon. « On capte une clientèle locale et nouvelle qui ne se déplace pas », confirment Yann et Sylvie Guéhenec de la Fromagerie d’Eugénie. Avec 58 hectares et plus de 45 vaches laitières, le couple ne voit que des avantages à ce drive « local ». « Nous n’avons pas le temps de communiquer sur le web et le drive nous permet d’y être présents, avec un site très pratique et simple d’utilisation. » En plus du service marchand, l’association organise des rencontres avec les producteurs, des visites à la ferme, des repas ou des ateliers zéro déchet. « À long terme, l’objectif est de faire changer nos habitudes de consommation pour aller en priorité vers le local », souligne Jérémy Simon.

 

www.lecomptoirdici.fr

www.drive-langducteurs.com

 

* Association pour le maintien d'une agriculture paysanne

 

> Retour aux articles

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

Autres articles

VOS SERVICES