Accueil > Actualités > Magazine les nouvelles > Tous les articles > Article des nouvelles

Article des Nouvelles

· TÉMOINS

Bateau de Groix : l'indispensable

À Groix, tout part et tout arrive par bateau. À quelques exceptions près. Pour mieux s’en rendre compte, Les Nouvelles ont embarqué pour un voyage à bord du Saint-Tudy, quelques semaines avant l’entrée en service du Breizh Nevez 1 , le nouveau roulier de la Région Bretagne.


Un mardi de mars sur le Saint-Tudy, avant la mise en service (le 3 avril) du Breizh Nevez 1. Lorient-Groix/Groix-Lorient en une matinée : le temps d’assister au ballet des passagers, véhicules et camions transportés, le tout orchestré  par un équipage de 6 personnes de la Compagnie Océane. Une organisation rondement menée  !

Il est 10h30. À la gare maritime de Lorient, les caristes s’affairent avec leurs deux Fenwick au ponton d’embarquement. Le bateau doit partir à 11h. Le camion de Menach Transports a déjà embarqué. Le transporteur groisillon est de toutes les navettes  ou presque, chargé de diverses marchandises destinées à des professionnels ou des particuliers. Au Bateau de Groix : l'indispensable retour, entre Groix et Lorient, il embarquera poubelles et containers de la déchèterie. Il y a aussi le camion du Carrefour Contact, passager régulier bien connu de l’équipage. Ecomarché et Monsieur Bricolage sont aussi des habitués ! Le bateau peut emporter jusqu’à 26 tonnes de marchandises.

Le maître d’équipage, Laurent Jéhenne – on l’appelle le bosco -, assure la coordination de l’embarquement du fret et des divers véhicules, en fonction des réservations. Les matelots, qui sont pour bon nombre d’anciens marins pêcheurs, l’épaulent  lorsqu’ils ne sont pas dans les salles, sur le pont ou dans les toilettes à assurer nettoyage ou diverses  tâches d’entretien courant. « Les deux tiers des camions partent le matin,  précise Laurent Jéhenne. Le premier bateau, celui de 8h05, est le plus rempli. »

Ce matin-là est aussi celui du remplissage des cuves à gasoil, comme c’est le cas une fois par semaine. «  Mon rôle, ainsi que celui des matelots, est de sécuriser tout autour afin qu’aucune fuite ne soit possible aux abords de la soute à carburant », explique le maître d’équipage. Le jeudi, un aller Lorient-Groix est réservé au transport du gaz et aucun passager ni véhicule n’est alors pris à bord. Dans la cabine, après avoir effectué la manœuvre de départ du ponton de Lorient, le capitaine Christophe Kermaidic communique avec le bureau des ports de Lorient. « Bonjour, c’est le Saint-Tudy, nous transportons 59 passagers. » Il assurera aussi la manœuvre de l’arrivée à Groix. Officier, tout comme le chef mécanicien, il représente l’autorité à bord et endosse la responsabilité de tout incident.

« Bonjour, c’est le Saint- Tudy, nous transportons 59 passagers  ! »

« On navigue à 10 nœuds dans la rade puis à 12,5  nœuds au-delà, reprend le capitaine. Je navigue en  général sept jours d’affilée, puis je suis chez moi à Brest sept jours. Parfois, c’est 15 jours/15 jours. Ça  dépend. Je travaille aussi sur les liaisons vers les îles Houat-Hoëdic-Belle-Ile. » Ce matin, il a embauché  à 5h45 et il s’arrêtera à 13h45. Un autre capitaine prendra le relais pour les navettes de l’après-midi. Certains membres de l’équipage habitent Groix, d’autres à Lorient ou ailleurs sur "le continent". Si nécessaire, la Compagnie Océane finance des nuitées d’hôtels, selon les "bordées". À l’arrivée à Groix, pas de ponton. L’accostage se fait directement sur la cale et les matelots veillent à  bien sécuriser la sortie des véhicules et des passagers. « C’est tranquille en période hivernale. En été, il faut être vigilant, souligne un matelot.  Car autant au départ de Lorient, il y a une passerelle, avec une voie pour les véhicules et une autre pour les passagers, autant à l’arrivée ou au départ à Groix, tout le monde sort en même temps sur la cale. Il faut que ça aille vite car du monde attend pour embarquer à nouveau ! »

À Port-Tudy, le bus de la CTRL récupère des passagers pour les déposer à la demande aux arrêts de bus qu’ils souhaitent sur l’île. La pause sera de courte durée. Quelques véhicules et camionsattendent déjà pour embarquer dans le sens Groix- Lorient. Le départ est prévu à 12 h 30. Dans l’un des trois salons à passagers, Gaëlle Robin, directrice de l’école Saint-Tudy et habitante de Groix, a embarqué pour une réunion à Lorient. Elle reprendra le bateau le soir. On croise trois gendarmes, un père avec son enfant en poussette...


Un nouveau roulier pour Groix

43,5 mètres de long, 11,6 mètres de large, 750 tonnes et une vitesse de 14,5 nœuds : voilà la  fiche signalétique du Breizh Nevez 1,  le nouveau bateau qui dessert l’île de Groix. Mis en service le 3 avril dernier, il  a été construit par la société Piriou au port du Rohu à Lanester et entièrement  financé par la Région, dans le cadre de  ses compétences liaisons maritimes. Il a  été conçu afin de s’adapter aux exigences particulières d’accostage des pontons et cales de Port-Tudy, à Groix. Il doit en effet  être en mesure de manœuvrer et stationner dans le port quel que soit le coefficient de marée, de jour comme de nuit, afin d’assurer au mieux le débarquement.


E BREZHONEG

E Groe e vez kaset ha degaset pep tra e-bourzh bagoù, nemet e degouezhioù dibaot zo. Evit em rentiñ kont e oa bet An Doareioù é lestriñ e bourzh ar vag Saint-Tudy, un nebeud sizhunioù kent na vehe lakaet  Breizh Nevez 1, bag-chalbotat nevez Rannvro Breizh, da vonet en-dro. An Oriant-Groe/Groe-An Oriant edan ur mintiniad, amzer deomp  gwelet korolladeg an dremenidi, ar c'hirri hag ar c'hirri-samm, renet gant  un akipaj 6 den a Gompagnunezh ar Mor Bras. Pep tra aozet brav ! Amzer hor boa bet ivez da zastum testenioù pevar den a zo liammet-strizh o  buhez doc'h ar lestroù-se etre an enezenn hag an douar bras : unan a  lomaned ar Breizh Nevez 1, an arkitektour, renour teknikel Kompagnunezh ar Mor Bras hag un dremeniadez a ra an hent bemdez etre an Oriant m'emañ é chom ha Groe ma labour.

 

> Retour aux articles

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

Autres articles

VOS SERVICES