Accueil > Actus > Magazine les nouvelles > Tous les articles > Magazine les nouvelles

Magazine Les Nouvelles

· TERRE

Vous avez pris la parole pour le projet de territoire

Durant trois mois, élus, acteurs socio-économiques et citoyens ont été sollicités afin de contribuer au projet de territoire voulu par le nouvel exécutif de Lorient Agglomération. Témoignages et bilan.

Franck Haroche, directeur du West Park à Inzinzac-Lochrist
«Il existe une offre touristique complémentaire à celle du littoral, j’en suis convaincu. De toute façon, l’attractivité du territoire quant aux plaisirs de la mer est déjà acquise et il ne reste plus beaucoup de place pour vraiment développer cet aspect. Il y a des touristes qui fuient ce qui s'apparente parfois à du tourisme de masse et qui veulent découvrir la campagne lorientaise. Mais ils peuvent rencontrer des difficultés pour se loger ou se déplacer lorsqu’ils n’ont pas de voiture. Par exemple, lorsqu'on fait venir des artistes sur le site, il manque un vrai bel hôtel assez proche. Dans ce domaine, l’Agglomération a un rôle à jouer afin d’impulser des projets qui donneront une dynamique à ce tourisme vert, par exemple en lançant des appels à projets qui affichent les prestations attendues. Il y a des friches sur le territoire qui mériteraient d’être réhabilitées dans ce sens. Cette offre complémentaire peut même intéresser les familles qui sont venues pour la plage et qui se rendent compte qu’il ne faut que vingt minutes pour aller randonner le long du Blavet ou visiter un site dans l’arrière-pays. »

Françoise Merret, 1ère adjointe, commune de Gestel
«Les élus qui ont travaillé dans les ateliers sont unanimes pour dire que nous bénéficions d’un cadre de vie exceptionnel, que ce soit sur le littoral ou dans l’arrière-pays. Ce cadre de vie, il faut bien sûr le préserver. Mais il faut que tout le monde puisse en profiter. Il y a aujourd’hui une tension du marché immobilier, notamment parce que le foncier se raréfie. On voit des acheteurs arriver de l’extérieur avec des moyens élevés qui font grimper les prix des logements. Il y a un effet d’éviction des couples aux revenus plus modestes qui sont obligés d’aller habiter plus loin, parfois dans des bourgs où ils n’ont pas accès aux mêmes services comme les commerces, les écoles, la crèche, une médiathèque… Cela les oblige aussi parfois à acheter une deuxième voiture car les transports collectifs sont moins accessibles. Attirer de nouvelles populations, c’est important. Mais il faut faire attention à avoir une offre diversifiée en matière de logements, en mixant accession à la propriété et location à loyers modérés. »

Fulup Le Foll, fondateur et directeur scientifique d’une start-up spécialisée dans la cybersécurité des systèmes embarqués
«Je dirige une start-up spécialisée dans les bases de données. Nous étions sans doute en dehors des standards des entreprises qu’on imagine s’implanter ici. Et pourtant, nous nous sommes installés au centre-ville de Lorient et lorsque je recrute des salariés, ils en voient tout de suite les atouts. Lorient est dynamique, jeune, avec des prix de l’immobilier qui restent raisonnables et une mer toute proche. Lorsque nous recevons des clients étrangers, ils sont séduits : ils se baladent sur le port, ils boivent un verre dans un pub, ils font un tour en bateau sur la rade… Les Lorientais ont tendance à rester sur l’image d’une ville qui a vécu un certain déclin dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Mais elle est en train de redémarrer. Lorsqu'on voit ce qu’est devenue l’ancienne base de sous-marins, on comprend que le territoire à un rôle fort à jouer dans le domaine maritime. C’est déjà le cas avec la course au large. Mais le Pays de Lorient peut aussi se positionner sur le bateau du futur, un bateau connecté et non polluant. J’ai l’impression que Lorient n’existe pas pour le grand public et il faut corriger cette image. »

Akira Lavault, directrice de la Maison Glaz à Gâvres
«Aujourd’hui avec une bonne connexion, on peut travailler d'où l'on veut. Et l’un des enjeux du territoire, et ça vaut pour Gâvres particulièrement, c’est de ramener des forces vives et de faire vivre des commerces ou des activités associatives. Tous les territoires ont des atouts. De nombreuses personnes veulent s’installer ici, mais elles ne trouvent pas de logements car il y beaucoup de résidences secondaires. Il y a une vie quotidienne à animer qui romprait avec l’isolement que l’on peut ressentir à Gâvres, surtout l’hiver. Si j’avais une baguette magique, je construirais une passerelle vélo entre Port-Louis et la presqu’île de Gâvres. Cela permettrait d’éviter le tout voiture. On peut aussi imaginer des modes de transports par bateau plus souple, un « Uber » des mers par exemple, pour que les habitants puissent facilement se rendre en ville faire des courses, aller au cinéma, assister à un événement… C’est une manière de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique : c’est mieux d’aller chercher un colis en bateau ou en vélo que de faire venir un colis « Amazon » à Gâvres. »

Fabrice Jetain, chargé de développement pôle économie sociale et solidaire (ESS) du Pays de Lorient chez C2SOL
«Alimentation, énergie, insertion, mobilité, habitat, culture et éducation… L’économie sociale et solidaire doit jouer un rôle dans la transformation de notre territoire, en visant une relocalisation durable des activités et des emplois et en s’appuyant sur de nouvelles valeurs sociales et environnementales. Aujourd’hui, de nombreux citoyens et futurs actifs ne trouvent plus de sens à leurs engagements dans un modèle financier individualiste qui ne prend plus soin de notre environnement, ni des femmes et des hommes. L’ESS dans le Pays de Lorient, ce sont 11 % des établissements (en majorité des associations et des mutuelles) et 13 % de l’emploi privé. C’est une forme d’entreprise qui parie sur le collectif et l’innovation sociale. Dans le monde agricole par exemple, on peut aller vers plus d’autonomie alimentaire, en produisant davantage localement, sainement et durablement, et en créant des emplois pérennes et non délocalisables. Il y a un fort sens des communs et de l’innovation sociale dans le Pays de Lorient. Pour sa part, l’Agglomération peut renforcer l’orientation de la commande publique vers cette économie plus respectueuse de l’humain et de l’environnement. »

Bilan de la concertation :

  • Plus de 3 000 participants sur www.imaginetonterritoire.bzh
  • 4 collèges de contributeurs
  • 15 ateliers dans les communes pour 45 heures de réunion
  • 21 enquêtes terrain

E brezhoneg

E-pad oc’hpenn tri miz e oa bet aozet ur c’hendiviz get An Oriant Tolpad-kêrioù diàr-benn ar raktres tiriad, goulennet e oa bet o ali get an dilennidi, an embregerezhioù, bed ar c’hevredigezhioù hag ar geodedourion. Evel-se e oa bet degadoù a zivizoù hini-haghini hag a emvodoù, kantadoù a c’houlennaouegoù hag a ginnigoù evit magiñ ur raktres hag a vo lakaet àr wel en diskar-amzer. Get ar savenn www.imaginetonterritoire.bzh o doa gellet tud ar vro kemer perzh e foromoù keodedour enlinenn ha kas o c’hinnig é respont d’ar goulenn-mañ : ma vehe ur vazh hud geneoc’h ?

 

 

 

> Retour aux articles

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

Autres articles

VOS SERVICES